24 octobre 2020

Comparatif Boswellia – Item 57 : Arthrite

arthrite coude

Une fois déclarée, la polyarthrite rhumatoïde s’aggrave progressivement et s’étend à d’autres articulations sous la forme de poussées successives entrecoupées d’accalmies relatives. La polyarthrite rhumatoïde (PR) est due à l’irritation et à l’épaississement du tissu articulaire appelé synoviale. Il en résulte une réponse immunitaire anormale, et l’organisme détruit ainsi ses propres tissus. Dans le cas de la PR, les articulations sont la principale cible de la destruction. L’objectif du traitement est de contrôler la polyarthrite rhumatoïde de façon à supprimer ou réduire les poussées, à contrôler les destructions articulaires et permettre à la personne de conserver une qualité de vie optimale.

Comment traiter l’arthrite naturellement ?

Articulations gonflées, douleurs, déformations puis gêne dans la réalisation des gestes de la vie quotidienne, font partie des signes et symptômes associés à cette maladie inflammatoire qu’est la polyarthrite rhumatoïde.

Les premiers symptômes sont la fatigue et des douleurs articulaires avec une raideur matinale des articulations. L’inflammation de la membrane synoviale (synovite) est la cause des douleurs. Celles-ci concernent les poignets, les doigts, les chevilles et les pieds. L’arthrite bactérienne non gonococcique provoque des douleurs articulaires progressives, modérées à sévères qui sont nettement aggravées par le mouvement ou la palpation. La plupart des articulations infectées sont gonflées, rouges et chaudes.

Si l’irritation persiste longtemps, l’articulation risque de s’abîmer et peut conduire à des difficultés dans la vie quotidienne. Aucun signe spécifique ne permet d’affirmer avec certitude qu’il s’agit d’unepolyarthrite rhumatoïde. Il faut donc tenir compte des signes décrits par la personne malade, en particulier de la présence de plusieurs gonflements articulaires, des douleurs, et de leur localisation, ainsi que de la fatigue. L’arthrite septique est une maladie rare, grave, parfois fatale, secondaire à l’envahissement de l’articulation par un germe bactérien. La contamination de l’articulation peut se faire directement through une plaie par exemple, ou par voie sanguine.

Un traitement commencé le plus tôt potential et bien suivi permet de ralentir et de contrôler l’évolution de la maladie. Aujourd’hui, les professionnels de santé conseillent dedébuter un traitement de fond le plus tôt attainable après découverte d’une polyarthrite rhumatoïde, si possible dès le diagnostic de la maladie. Plus tôt est la prise en charge, plus les possibilities d’une rémission sont fortes. La Polyarthrite Rhumatoïde (PR) est suspectée devant l’apparition de gonflements et de douleurs articulaires (polyarthrite). Devant ces signes, une consultation médicale est conseillée pour effectuer des examens.

À propos de l’arthrite psoriasique

L’articulation en trigger est chaude, enflammée, responsable de douleurs importantes, empêchant les mouvements habituels. Un prélèvement de l’articulation doit être réalisé très rapidement pour analyse et recherche de la bactérie en trigger et un traitement antibiotique doit être déhoweveré avant même les résultats de ces examens. Des examens d’imagerie, tels la radiographie ou l’échographie pour les articulations profondes, peuvent aider au diagnostic. L’arthrite est une inflammation des articulations, mais pouvant également toucher les autres constructions qui les composent (tendons, ligaments, capsule, etc.).

arthrite coude

L’arthrite peut avoir plusieurs origines, en particulier un traumatisme, une infection, une maladie auto-immune ou une maladie inflammatoire articulaire chronique comme la spondylarthrite ankylosanteou lapolyarthrite rhumatoïde. L’arthrite douleurs articulaires mains et poignets peut toucher une seule articulation (monoarthrite) par exemple dans le cas de la goutte, plusieurs articulations souvent à proximité les unes des autres (oligoarthrite) ou de nombreuses articulations (polyarthrite) comme dans la polyarthrite rhumatoïde.

Les symptômes de l’arthrite

Le diagnostic repose sur des examens biologiques (des prises de sang qui montrent l’irritation et la présence d’anticorps) et radiographiques (érosions, pincement) – cf. C’est la conjonction de ces différents arguments qui permet de suspecter une polyarthrite rhumatoïde. Aucun de ces arguments pris isolément ne peut suffire à un diagnostic de certitude.

Facteurs favorisant la survenue d’une polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie inflammatoire chronique considérée comme étant d’origine auto-immune. Les articulations des mains, des poignets et des pieds sont souvent les premières contactées. Il s’agit que la deuxième forme d’arthrite la plus fréquente chez les femmes, étant 2 à 3 fois plus fréquente chez ces dernières que chez les hommes.

Par définition, il s’agit d’une inflammation survenant au niveau de la synoviale articulaire et n’affectant pas le tissu osseux. Concrètement, ce phénomène se traduit par la présence de liquide dans l’articulation. Dans la plupart des cas, ce gonflement est accompagné de douleur et de chaleur localisées. Après l’apparition du pannus inflammatoire, le sujet constate une réduction de ses capacités articulaires et peut perdre en stabilité.

Y a-t-il d’autres symptômes

La fièvre est absente ou modérée dans une proportion allant jusqu’à 50% des sufferers; des frissons sont signalés par seulement 20% des sufferers. La Polyarthrite Rhumatoïde (PR) évolue par poussées inflammatoires intermittentes. Le risque est de voir apparaître, sous l’influence de poussées successives de la maladie, des problems. Les articulations s’abiment, et des troublesomeés dans les gestes de la vie courante peuvent apparaître. Il est donc très essential de contrôler l’irritation, c’est-à-dire diminuer, voire arrêter l’inflammation des articulations.